LYCÉE / LP

Les documents DHG Lycées Normands fev 19

IPS-differentiation-lycees-NORMANDS-R19-LGT.pdf

IPS-differentiation-lycees-NORMANDS-R19-LP.pdf

donnees-complementaires-CTA-H-sur-E-et-env-différenciee.pdf


Les options EPS dans l’académie : où en est-on ?

Une première carte non définitive a été proposée par le Recteur suite au remontées des chefs d’établissement du 9 novembre.

Vous pourrez la trouver sur le lien ci-dessous :

http://www.snepfsu-rouen.net/wp/wp-content/uploads/2019/01/Carte-option-EPS-au-15-01-2019.pdf

Attention, le Recteur a annoncé qu’une option étant retenue dans la carte académique devait trouver son financement en interne. C’est une des supercheries de la réforme. Il est donc possible que la DHG ne permette pas de l’ouvrir. Cette carte des options peut évoluer jusqu’au prochain CTA de mars. Le SNEP-FSU appelle à demander l’ouverture d’options EPS partout où cela est possible. Nous vous demandons de nous transmettre les demandes pour qu’on puisse les relayer au Rectorat.

Contact : Eric Joufret

s3-rouen@snepfsu.net


Nouveaux textes lycées janv19

Programme d’enseignement commun et d’enseignement optionnel d’éducation physique et sportive pour la classe de seconde générale et technologique et pour les classes de première et terminale des voies générale et technologique arrêté du 17-1-2019

– J.O. du 20-1-2019- NOR MENE1901574A


DHG Lycée et Lycée Pro janv 19

Le ministère essaie de cacher les postes supprimés. Sur les annonces initiales de la dotation académique, le ministère annonçait moins 119 postes et d’après le calcul, nous serions plutôt au-dessus des 200 postes. La différence viendrait du fait que certaines heures poste seraient transformées en heures supplémentaires.

voici les DHG lycées et Lycées professionnels (cliquez sur l’image)


LGT Rentrée 2019, le rectorat nous ment :

Il annonce 96 postes en moins et il en supprime 144 !

 télécharger votre DHG de lycée.

Pour l’académie de Rouen, la comparaison de prévision à prévision fait apparaître une diminution de 2601 heures postes, soit l’équivalent de 144 ETP, c’est-à-dire 48 ETP de plus que ceux annoncés par le rectorat. Cette suppression de 144 ETP correspond à l’équivalent de la fermeture de 2 lycées de taille moyenne de l’académie !

La baisse des dotations horaires allouées aux lycées (- 4,6 %) est nettement supérieure à la baisse démographique (-2,4 %). Cette différence montre bien que la mise en place de la réforme Blanquer va entraîner une diminution du nombre d’heures d’enseignement et permettre un accroissement des effectifs par division, ce qui dégradera un peu plus les conditions d’études des élèves et de travail des enseignants

La discussion autour de la ventilation des dotations qui sera présentée dans les prochains jours par les chefs d’établissement se limitera à choisir ce qu’il faudra sacrifier : options, dédoublements, AP, accompagnement à l’orientation, section euro, DNL… puisque tout cela devra être financé par la marge d’autonomie (12h par classe de seconde et 8 h dans le cycle terminal). Celle-ci s’avèrera très largement insuffisante pour tout maintenir ! Autant dire que les options EPS qui ont été annoncées par les proviseurs risquent bien d’être mortes-nées.

Il faut agir collectivement pour éviter de mettre en concurrence les disciplines et les collègues.

Dans le détail, au niveau académique, le nombre d’heures postes alloué aux lycées est en forte baisse (-4,6 %) alors que le nombre d’HSA est en légère augmentation (+0,17 %). Alors que de nombreux enseignants vont se retrouver en mesure de carte scolaire ou vont être contraints de faire des compléments de service dans d’autres établissements, ceux qui resteront devraient dans le même temps effectuer davantage d’heures supplémentaires. Le SNEP-FSU dénonce cette logique et combat la volonté du Ministre d’imposer une 2e HSA obligatoire aux enseignants en modifiant le décret 2014-940.

Enfin, les dotations font apparaître une évolution du nombre d’IMP dans certains établissements. Au niveau académique, cela se traduit par la suppression de 11 IMP dans les lycées. Cela entraînera pour les établissements touchés une diminution de la rémunération de certaines tâches (coordination disciplinaire, responsable de laboratoire en sciences, …)

Le SNEP-FSU refuse ces conséquences et continue de combattre la réforme du lycée, du baccalauréat et la procédure d’affectation des bacheliers dans les formations du supérieur (Parcoursup). Il revendique toujours une place plus importante pour l’EPS qui est la seule matière qui n’a pas d’enseignement de spécialité. C’est pourquoi il appelle les collègues à être massivement en grève le jeudi 24 janvier et à participer aux assemblées générales pour discuter des modalités de la poursuite de l’action.

 

 


Mouvement lycéen et mobilisation du 14 décembre 2018 :

Depuis plusieurs semaines maintenant, une légitime colère s’exprime dans tout le pays : colère contre les inégalités sociales, l’injustice fiscale et contre les politiques libérales qui les ont engendrées.

Les lycéen-nes entrent également en action contre la réforme des lycées GT et Professionnels, la réforme du bac et contre Parcoursup. Le gouvernement répond à ces mouvements de jeunesse par des violences policières et une répression inadmissible et s’enferme dans sa politique de casse sociale.

 Le SNEP-FSU a déposé un préavis de grève du 6 décembre au 22 décembre 2018 inclus, pour les personnels de statut de second degré enseignants d’EPS de tous les établissements de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur.

Cela permettra aux enseignants de se mobiliser entre autres pour dénoncer la situation faite à l’EPS dans le système éducatif, les réformes en cours en lycée et lycée professionnel dont Parcoursup, demander un autre budget assurant des moyens pour la rentrée 2019, pour l’accueil et de la réussite de tous les élèves et étudiants, pour de meilleures conditions de travail des personnels, la revalorisation des salaires et carrières, et pour un plan massif de réduction de la précarité …

En conséquence les enseignants qui voudraient se mobiliser aux côtés des lycéens et pour leurs justes revendications pourront le faire.

 De plus, un appel national à la grève et aux manifestations dans tous les secteurs pour le vendredi 14 décembre a été lancé par certains syndicats. La FSU soutient les initiatives locales décidées pour cette journée d’action et le préavis de grève couvre les enseignants d’EPS qui voudraient y participer.

LE HAVRE : 10h FRANKLIN

ROUEN : 14H COURS CLEMENCEAU


Tribune Libération : L’entreprise serait elle l’école de demain?

par le collectif « le LP ça marche »

c’est ici


Réforme du lycée : Des spécialités pourraient être réservées aux lycées privés !

LE CAEN étudiera la carte des spécialités et des options ouvertes dans chaque lycée entre mi-décembre et les vacances de Noël.

Lors du CTA du 13/11/2018, la FSU a demandé si la carte des formations du privé et du public serait mutualisée ou non. Le Recteur n’a pas écarté que certaines spécialités soient réservées pour des lycées privés. Autrement dit, les élèves du bassin de formation qui voudraient suivre ces spécialités seraient obligés de le faire dans le privé. La réforme des lycées était déjà catastrophique mais si ce cadeau fait aux établissements privés se confirmait, on entrerait dans une casse du service public rarement atteinte !

Faites le savoir autour de vous ! Cette réforme des lycées n’est pas faite pour le bien des élèves et de l’intérêt général !


Compte rendu du CTA du 22 mars 2018
Le CTA sur la préparation de la rentrée 2018 s’est tenu le mardi 27 mars. L’ordre du jour abordait notamment les différentes créations et suppressions de postes :
La balance des postes :
• Enseignants :
o En LGT (-62 ETP prévus en janvier) 26 créations et 66 suppressions de postes
o En LP (+21 ETP prévus en janvier) 28 créations et 27 suppressions de postes •
Personnels administratifs : 10 suppressions de postes (5 en établissements et 5 dans les services rectoraux et DASEN)
• Infirmier-es : Moyens constants
• Personnels de laboratoires : moyens constants.
• CPE : moyens constants.  

De nombreuses créations de postes d’enseignants auraient pu être obtenues si les équipes avaient acceptées un nombre d’HSA moins important. Nous continuons à revendiquer des augmentations de salaires pour tous plutôt que le recours aux HSA qui empêche les créations de postes et limite donc les mutations. Nous avons demandé que le Rectorat fasse remonter une baisse du taux d’HSA pour l’académie.
Nous avons rappelé que ce CTA était en train de gérer la pénurie organisé par les budgets ministériels sur les postes enseignants, sur les personnels de santé ou administratifs. Nous ne parlons plus des mêmes réalités que l’administration. Elle ventile un budget insuffisant et nous partons des besoins réels du terrain. Ces deux réalités sont de plus en plus incompatibles. L’académie serait par exemple « surdotée» de 40 postes de personnels administratifs alors que chacun peut constater le manque de moyens dans les établissements ou les services du Rectorat.
C’est pour ces raisons que la FSU a voté contre l’ensemble des mesures de répartitions des moyens pour cette rentrée 2018 (enseignant, personnels de santé ou administratifs) Le CTA a aussi entériné la création de 10 ULIS (7 en collèges et 3 en lycée).
Nous avons réitéré notre opposition à toute fusion des deux académies normandes et les synergies qui l’accompagneraient. Aucune décision n’est prise à ce jour. Le Rectorat a par contre indiqué que les élections professionnelles de 2018 se feraient de façon dissociée entre Rouen et Caen. .

Declaration FSU au CTA du 27 mars 2018


Parcoursup : 720 € pour booster son CV en STAPS !

Une officine privée promet d’aider les lycéens à remplir leurs attendus de Parcoursup pour rentrer en STAPS. C’est scandaleux mais c’est désormais une réalité !

Il n’aura pas fallu longtemps à certains pour comprendre tout l’intérêt qu’on pouvait tirer de la sélection qui se met en place à l’université. L’École des métiers du service, du commerce et de l’accueil (EMSCA) propose un stage de 10 jour facturé 720 € pour booster son dossier sur Parcours sup. Le but est annoncé clairement : « Afin de vous donner toutes les chances d’être retenu(e), votre livret scolaire doit être excellent. Par ailleurs,  le CV et la lettre de motivation que vous allez envoyer aux recruteurs via la nouvelle plateforme ParcourSup devront illustrer votre parcours sportif mais aussi votre motivation sans faille. C’est pour bien vous préparer et ajouter sur votre CV cette expérience qui fera toute la différence aux yeux des recruteurs que nous vous proposons de participer pendant les vacances scolaires à l’un de nos stages PREPA STAPS ».

Les lycéens qui pourraient se laisser tenter risquent d’y être pour leur frais vu le peu de crédit qui risque d’être accordé à ce type de stages par les enseignants de STAPS. Néanmoins, on voit bien comment l’éducation peut vite devenir une marchandise dès qu’on commence à introduire de la sélection.

Le SNEP-FSU continue à revendiquer de véritables moyens pour accueillir dignement les 200 000 étudiants supplémentaires en 5 ans. L’état prévoit 1 milliard, il en faudrait 10. Mais tout n’est qu’une question de choix puisque « en même temps » le gouvernement a décidé de se priver de 25 milliard avec la modification de l’ISF et la « flat tax » …

Eric Joufret


Rentrée 2018 : le second degré sacrifié à Rouen

Le CTA sur la préparation de la rentrée 2018 dans l’académie de Rouen vient de se tenir ce mardi 16/01/2018 et le second degré va perdre 77 postes.

Cette diminution annoncée de moyens pour le 2d degré dans notre académie laisse augurer des conditions de rentrée très difficiles : suppressions de postes dans les établissements, avec des mesures de carte scolaire pour les collègues impactés, hausse du nombre d’élèves par classe, multiplication des compléments de service…

La répartition annoncée est la suivante :

Vous trouverez ci dessous un lien vers les DHG de chaque LP et de chaque LGT de l’académie pour la rentrée 2018.

DHG LP ET LGT rentrée 2018 ROUEN

Un bilan plus complet de ce CTA sera mis en ligne très rapidement

Eric Joufret