SPÉCIALE DHG 2020

Bilan rentrée 2020 : l’hécatombe

2020, rentrée noire pour l’EPS  :

24 enseignants d’EPS en moins à ROUEN

Alors que le chef de l’Etat semble avoir eu une soudaine révélation sur  l’importance des services publics en France, la casse méthodique de l’éducation nationale se poursuit pourtant sans fléchir sous nos yeux.

Petit bilan pour la rentrée 2020 :

D’après les informations que nous avons réussies à collecter auprès des collègues, la rentrée sera très difficile dans l’académie de ROUEN.

Avec 19 collègues entrants dans l’académie (mutation inter) pour 43 sortants (départ à la retraite ou mutations vers d’autres académie), nous aurons 24 enseignants de moins pour la rentrée 2020 avec des effectifs élèves pourtant stables en collège/lycée (-30 élèves, -0.02%).

Sur le terrain, ces moyens en moins se concrétisent par :

  • 15 suppressions de postes dans les établissements (9 en collèges, 4 en LGT et 2 en LP) pour 4 créations de postes (4 en collèges). Cela veut dire des classes toujours plus chargées, des conditions d’enseignement encore dégradées.
  • Un nombre important de TZR en moins. D’après nos calculs entre 15 et 20 soit plus de 20% de perte. Beaucoup de classes n’auront plus d’EPS faute de remplaçant lorsque leur prof sera en arrêt.

La « com » du Ministre sur le sport à l’école, une nation sportive avec les JO 2024 est une mascarade quand, « en même temps », il supprime des postes et prive des enfants d’EPS. De même, la continuité pédagogique, tant mise en exergue en ces temps de confinement, semble moins l’intéresser sur le long terme et quand elle nécessite des postes de TZR !

Assez de bla bla, des actes M. Le Ministre !

Plus d’EPS à l’école, ça passe forcément par plus de postes au concours !

 

Pour se défendre collectivement,

remplir l’enquête DHG :

Cette année notre Ministre frappe encore en supprimant 67 postes sur l’académie, il aggrave les conditions d’enseignement et montre que sa priorité à l’éducation est une mascarade.
De trop nombreux postes en EPS vont être supprimés et le nombre de collègues concernés par une mesure de carte scolaire ou par un complément de service va augmenter (on constate déjà une disparition importante de postes notamment en lycées).
Dans chaque CA les chefs d’établissement vont répartir la pénurie de moyens et les représentants enseignants défendront au mieux les collègues avec pour premier acte de voter contre ces DHG très largement insuffisantes.
La bataille va continuer avec les arbitrages du Recteur.
Dans ce contexte, il est donc primordial de nous faire remonter le maximum d’informations pour que nous puissions défendre au mieux la discipline et lutter contre les suppressions de postes, les HSA imposées, les compléments de services subis.

Enquete DHG rentrée 2020 REP +

Enquete DHG rentrée 2020 tout établissement

A renvoyer à :  s3-rouen@snepfsu.net

Si vous préférez expliquer directement la situation par mail c’est aussi possible.


67 postes supprimés pour ROUEN

la saignée continue !

Au total l’académie de ROUEN perd 67 postes pour 30 élèves de moins. La soi-disant priorité donnée à l’éducation par le gouvernement est une mascarade

LGT et LP : les réformes permettent de supprimer de nombreux postes, bien au-delà de la baisse annoncée des effectifs avec 92 suppressions en LGT et 42 en LP.

D’après les chiffres du Rectorat et du ministère, la baisse prévue d’élèves en LP et LGT (nous n’avons que les chiffres globaux) devrait être de 410. Cela correspond à un tout petit Lycée. Par contre le Rectorat annonce la suppression de -134 postes (LP et LGT), ce qui correspond à un très gros lycée. On décroche donc bien au niveau des moyens, ce qui veut dire des conditions de travail et d’étude encore dégradés. Le Bla Bla et les mensonges du Ministre Blanquer n’arrivent plus à cacher la réalité de ses réformes !

 

Les collèges sont cette année relativement préservés avec 67 postes créés pour 380 élèves de plus. Cela reste notoirement insuffisant vu les effectifs constatés dans de nombreux établissements avec des classes au alentours de 30 élèves et les moyens nécessaires pour permettre l’école inclusive décidée à marche forcée par le ministère.

 

Dans cette période de DHG nous appelons l’ensemble des collègues à nous faire remonter au plus vite les propositions de leur chef d’établissement à s3-rouen@snepfsu.net


Blanquer demande encore 67 suppressions de postes pour notre académie alors que le nombre d’élèves reste stable dans le second degré avec une baisse prévue de -0,02% qui correspond à seulement 30 élèves de moins. Derrière les chiffres de nos petits comptables de l’éducation nationale, ce sont encore des conditions de travail et d’étude qui vont se dégrader avec la multiplication de postes à cheval, de cartes scolaires, de classes surchargées, de demi-groupes supprimés …

Plus que jamais mobilisé à la rentrée !

Les documents du CT ministériels

 


Faites nous remonter vos infos pour que nous soyons en mesure de vous défendre devant le DASEN ou le Recteur

Bientôt en tant qu’élus du SNEP-FSU , nous siègerons pour dénoncer les aberrations des compléments de services inhumains , les impositions d’heures sup, les blocs de moyens provisoires, les suppressions de postes injustifiées. Nous réclamerons des créations de postes là ou c’est nécessaire.

Pour avoir les arguments concrets, nous avons besoin de votre implication. Renvoyez -nous les infos sur votre DGH dès la fin des CA.

Remplir l’enquête prend environ 10mn, pour la télécharger:

A renvoyer à s3-rouen@snepfsu.net

Agissons ensemble pour plus d’efficacité.

V Collangette, E Joufret, N Vernier

 

La Bataille des postes

Nous savons déjà que les 119 postes en moins pour l’académie de Rouen sont un mensonge de la part du ministère et que l’académie perdra bien plus de postes notamment avec une transformation d’heures postes en HSA. Nous n’avons pas encore pu estimer la perte totale sur l’académie.

En lycée nous savons déjà que ce ne seront pas 96 postes mais 144 que le Recteur prévoit de supprimer !

Vous pourrez trouver l’analyse complète des DHG LGT  sur ce lien

Nous n’avons pas encore eu le temps de faire celles de LP et de collèges. Nous les détaillerons très prochainement.

 


Rentrée 2018 : APPN, demandez des moyens suite au nouveau texte !

La circulaire APPN n° 2017-075 du 19-4-2017 rappelle : « Il convient d’inviter les enseignants à s’engager et à évoluer avec des effectifs d’élèves réduits, adaptés aux configurations matérielles et géographiques. » … « Dans ce cadre, on ne peut qu’inviter les équipes enseignantes, avec les chefs d’établissements dans le cadre notamment du projet d’établissement, à consulter les recommandations et les taux d’encadrement préconisés par les fédérations sportives délégataires. » Ce texte doit donc servir de point d’appui auprès du chef d’établissement pour exiger les moyens nécessaires à un travail en groupe réduit !

Cela peut se faire notamment par des dédoublements sous forme de HSE pour les cycles escalade ou course d’orientation.

LETTRE TYPE :

  1. le Principal, M. le Proviseur,

Le projet EPS de notre établissement prend en compte l’activité escalade parmi les activités pratiquées par nos élèves durant leur scolarité.

Nous considérons que cette activité est importante dans l’éducation des jeunes, tant en ce qui concerne l’acquisition d’habiletés motrices que l’apprentissage de l’entraide et de la gestion des risques. L’escalade est d’ailleurs prévue au programme des différents examens (brevet, bac).

Nos séances d’escalade se déroulent notamment sur la SAE (dénomination, précisions sur conditions d’utilisation, avec quelles classes…).

Pour cette activité, nous devons tenir compte d’un certain nombre de préconisations émanant de l’Education Nationale.

Ainsi, dans un rapport de L’Inspection Générale de novembre 2016 intitulé « L’exigence de sécurité dans les APPN », il est préconisé de « réduire le nombre d’élèves sous la responsabilité d’un seul enseignant lors de la pratique de l’escalade ». De même, la circulaire du 19/04/2017, rédigée à la suite de ce rapport indique, elle aussi : « Il convient d’inviter les enseignants à s’engager à évoluer avec des effectifs d’élèves réduits ».

Dans notre établissement, nous constatons que certaines classes ont des effectifs trop importants pour assurer la sécurité des élèves, mais aussi la qualité de notre enseignement. En effet, nous devons en permanence (voir l’annexe escalade de la circulaire du 19/04/2017) nous assurer de la bonne exécution de l’encordement de chaque élève qui grimpe et en même temps maîtriser l’évolution, et le comportement de l’ensemble de la classe.

C’est pourquoi, nous vous demandons instamment d’allouer des moyens supplémentaires pour pouvoir pratiquer cette activité dans de bonnes conditions répondant à l’intérêt des élèves.

(cela pourrait prendre la forme de 2 enseignants par classe durant les séances d’escalade, d’heures-postes ou supplémentaires pour permettre des dédoublements…).

Dans l’attente d’une réponse portant sur les solutions à envisager, nous prions d’agréer…

Date et SIGNATURES des enseignants d’EPS